Constatant la détérioration du conflit en Syrie, et à la suite de sa première déclaration de mai 2011, le Bouclier Bleu réitère sa grave inquiétude quant à la sauvegarde de l’inestimable patrimoine historique et culturel du pays et déplore la grande souffrance ainsi que les pertes humaines engendrées par la situation.

Les récents événements sont à l’origine d’une grande appréhension pour la communauté patrimoniale internationale. Les tragédies vécues par le peuple de la République arabe syrienne et les dangers auxquels les sites du patrimoine font face sont la cause de tout autant de détresse.
Le patrimoine culturel de la Syrie est en danger sur plusieurs niveaux. Les informations sur le siège des ruines de Palmyre, reconnu comme site du Patrimoine Mondial par l’UNESCO en 1980, ainsi que les nombreux rapports inquiétants concernant d’autres sites importants et les pillages présumés de musées à Daraa, Hama, Homs et Idlib, ont rendu évident le besoin d’une plus grande implication pour la protection du patrimoine par tous ceux impliqués dans ce conflit. Ils soulignent aussi la nécessité de plus d’information concrète et détaillée concernant l’étendue des dommages subis et des risques encourus par le patrimoine archéologique, architectural et urbain.
L’inquiétude du Bouclier Bleu pour le site de Palmyre porte aussi sur d’autres sites syriens du Patrimoine Mondial, monuments, anciennes cités, sites archéologiques, musées et autres dépositaires importants du patrimoine culturel mobilier. Ces sites et ces institutions conservent et offrent un aperçu de l’identité culturelle et historique du pays, et initient les visiteurs nationaux et internationaux à la richesse culturelle de la Syrie. La destruction et la disparition d’objets appauvrit grandement la mémoire collective de l’humanité.
L’escalade du conflit donne des raisons d’inquiétude et d’angoisse pour tous ceux engagés dans la protection du patrimoine, rendant évidente la précarité de la situation pour les collections des institutions culturelles et les menaces pour l’intégrité des sites et des monuments. La protection du patrimoine culturel est requise par le droit international, outre le fait qu’elle soit la responsabilité de chacun. Le Bouclier Bleu exhorte toutes les personnes concernées à agir avec responsabilité et à sauvegarder le témoignage de l’histoire unique de la Syrie pour le bénéfice des générations futures de la Syrie et de toute l’humanité.
La République arabe syrienne est signataire de la Convention de la Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé et de son premier protocole depuis 1958, et depuis 1975, de la Convention du patrimoine mondial de 1972. Les signataires de ces conventions reconnaissent et s’engagent pour la nécessité de protéger et de préserver leur patrimoine culturel en cas de conflit armé. Le Bouclier Bleu appelle toutes les parties associées à la situation en Syrie à remplir leur responsabilité en termes de protection des précieux sites et institutions du patrimoine culturel.
Le Bouclier Bleu appelle aussi la République arabe syrienne à respecter sa loi de 1963 sur les antiquités, qui statue que « l’établissement d’installations militaires doit être prohibé en‐deçà d’un demi kilomètre d’une propriété archéologique ou historique immobilière ».
La mission du Bouclier Bleu est de « travailler à la protection du patrimoine culturel mondial en cas de conflit armé et de catastrophe d’origine humaine ou naturelle ». C’est la raison pour laquelle il met son expertise et son réseau de membres à la disposition de leurs collègues syriens afin de soutenir leur engagement pour la protection du patrimoine national, l’évaluation des dégâts encourus et la mise en place des mesures nécessaires pour sa restauration et sa réparation.
Le Bouclier Bleu
Le Bouclier Bleu est l’emblème protecteur de la Convention de La Haye de 1954, traité international fondamental formulant les règles de protection du patrimoine culturel en situation de conflit armé. Le Bouclier Bleu est composé d’organisations relatives aux musées, aux archives, aux supports audiovisuels, aux bibliothèques, aux monuments et aux sites.
Le Comité international du Bouclier Bleu (International Committee of the Blue Shield – ICBS), créé en 1996, est composé des représentants de cinq organisations non‐gouvernementales travaillant sur ces domaines :

  • Le Conseil international sur les archives (www.ica.org)
  • Le Conseil international des musées (www.icom.museum)
  • Le Conseil international des monuments et des sites (www.icomos.org)
  • La Fédération internationale des institutions et des associations de librairie (www.ifla.org)
  • Le Conseil de coordination des associations d’archives audiovisuelles (www.ccaaa.org)

Des Comités nationaux du Bouclier Bleu ont été créés dans plusieurs pays. L’Association des comités nationaux du Bouclier Bleu (Association of National Committees of the Blue Shield – ANCBS), créée en décembre 2008, coordonne et renforce les efforts internationaux visant à protéger les biens culturels en cas de conflit armé ou de catastrophe naturelle. Le siège de l’ANCBS est situé à La Haye.
Email : secretariat.paris@blueshield‐international.org
Site Internet : http://www.blueshield‐international.org

 

 

Additional information